Le travail posté, grand perturbateur des rythmes circadiens

Le travail posté, grand perturbateur des rythmes circadiens

Le travail posté1 représente, quant à lui, un risque pour la santé physique et mentale, en raison d’une dette chronique de sommeil. En effet, le sommeil est la première fonction atteinte du fait de la perturbation des rythmes biologiques circadiens (alternance jour et nuit).

Ce manque permanent de sommeil favorise la survenue de problèmes digestifs ; de surpoids et d’obésité, avec risque de diabète type 2 ; de problèmes cardiovasculaires, voire de cancers. « Le travail posté impliquant des perturbations des rythmes circadiens » a été classé, en 2007, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme cancérogène probable pour l’être humain. La persistance et la gravité des troubles du sommeil peuvent aboutir à un tableau d’épuisement chronique, d‘anxiété persistante et/ou de dépression pouvant nécessiter une prise en charge médicale.

 
1. Organisation du travail où plusieurs équipes se succèdent sur un même poste, par exemple en 2 x 8 heures ou 3 x 8 heures.