L’essentiel à savoir sur les femmes et les maladies cardio-vasculaires

L’essentiel à savoir sur les femmes et les maladies cardio-vasculaires

Les femmes meurent davantage que les hommes d’une maladie cardio-vasculaire. Sur les 147 000 personnes qui décèdent chaque année en France d’une maladie du cœur et des artères, 54 % sont des femmes1. Ces pathologies tuent huit fois plus de femmes que le cancer du sein2. L’infarctus arrive en tête des maladies cardio-vasculaires les plus meurtrières au sein de la population féminine1.

Non seulement les femmes sont de plus en plus exposées au risque cardio-vasculaire, mais elles le sont de plus en plus tôt. Pendant longtemps, elles ont bénéficié d’une protection hormonale naturelle qui les mettait à l’abri du risque cardio-vasculaire jusqu’à la soixantaine. Mais en adoptant les mêmes comportements à risque que leurs homologues masculins (tabac, consommation d’alcool, manque d’exercice physique, alimentation déséquilibrée), elles ont progressivement perdu leur avantage au plan cardio-vasculaire.

Un nombre croissant de femmes jeunes souffrent ainsi de coronaropathie ou maladie coronarienne (maladie du cœur la plus courante) sans hypertension, diabète ou dyslipidémie (anomalie du taux de graisses dans le sang, mais avec un tabagisme, un stress ou une obésité comme seuls facteurs de risque) De même, plus de 11 % des femmes victimes d’un infarctus ont moins de 50 ans alors qu’elles n'étaient que 4 % en 19951.

 

1 - Dossier de presse de la Fédération française de cardiologie (FFC) : « La santé du cœur des femmes : une urgence ! ».
2 - Brochure « Cœur, artères, femmes », FFC.