L’essentiel à savoir sur les troubles de l’audition

L’ouïe est un capital aussi précieux que fragile. Sous le poids des années ou sous l’effet de certains aléas (accidents, maladie), elle peut se dégrader, voire disparaître complètement. Focus sur des troubles de l’audition qui surviennent parfois sans que l’on s’y attende.

L’essentiel à savoir sur les troubles de l’audition

Chiffres clés

Les troubles auditifs peuvent apparaître dès la naissance : près d’un millier de nouveau-nés (0,25%)1 sont ainsi atteints de surdité chaque année en France. Mais l’ouïe peut également diminuer bien plus tardivement. Le nombre de personnes présentant des troubles auditifs augmente ainsi avec l’âge. On estime, en France, que les surdités acquises au cours de la vie concernent 6 % des 15-24 ans, 9 % des 25-34 ans, 18 % des 35-44 ans et plus de 65 % des plus de 65 ans1.

 

Les principaux facteurs de risque

Différents facteurs peuvent être en cause dans la survenue de troubles auditifs au cours de la vie :

  • Les traumatismes acoustiques : l'oreille humaine capte des intensités comprises entre 0 et 120 décibels (seuil correspondant au niveau d’intensité sonore d’un avion au décollage). A partir de ce seuil, des lésions irréversibles peuvent toucher les structures de l'oreille interne. Mais la tolérance au bruit varie considérablement d’un individu à l’autre. Certaines personnes auraient ainsi une sensibilité accrue au traumatisme sonore en raison de certains gènes.
  • Certaines maladies (otites chroniques dans environ 20 % des cas1, tumeurs, etc.).
  • Des accidents (de plongée notamment).
  • Les toxicités médicamenteuses : certains médicaments (antibiotiques (comme les aminoglycosides ou anticancéreux, notamment le cisplatine) peuvent avoir un impact négatif sur le système auditif. Il existe cependant une forte variabilité individuelle face à ce type de toxicité.
  • Le vieillissement qui peut entraîner une perte auditive apparaissant généralement à partir de 50-60 ans. On parle alors de presbyacousie.

 

Des conséquences lourdes et invalidantes au quotidien

Parce que l’ouïe est indispensable pour communiquer et appréhender le monde qui nous entoure, les troubles de l’audition génèrent souvent de l’isolement et nuisent aux apprentissages, de façon plus ou moins importante selon leur gravité :

  • les surdités moyennes ont un impact sur les apprentissages scolaires, le développement cognitif et l’adaptation sociale ;
  • les surdités profondes rendent l’acquisition du langage oral impossible ;
  • les pertes d’audition chez les personnes de plus de 65 ans entraînent un déclin cognitif qui se traduit par des défaillances de la mémoire, des capacités d’attention amoindries ou des difficultés à utiliser certains éléments de langage.

 

Mais au-delà de leur impact au plan social et cognitif, les troubles auditifs génèrent une gêne très difficile à vivre au quotidien. Les surdités acquises s’accompagnent en effet souvent d’acouphènes (bruits que l’on entend de façon continue ou intermittente dans l’oreille ou dans la tête et qui ne sont pas liés à l’environnement). Ces nuisances peuvent générer des troubles du sommeil, une fatigue importante mais aussi être sources de stress. Un risque accru de dépression est ainsi associé aux troubles de l’audition2.

 

 
1 - Dossier “Troubles de l’audition / surdité” site Internet de l’INSERM.
2 - https://medicalresearch.com/mental-health research/depression/depression_and_hearing_loss_in_adults/4071/