Quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

Quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

Lorsque le traumatisme ressurgit, le plus souvent à la faveur d’un incident quelconque, « les images de la scène traumatisante reviennent sous la forme de flashbacks pendant la journée et de cauchemars récurrents durant la nuit, explique le docteur Claude Carnio. Ces réminiscences handicapent totalement la vie quotidienne, elles hantent l’esprit du malade, qui ne se sent plus en sécurité nulle part. » Viennent ensuite les symptômes d’évitement : la personne a tendance à éviter les situations qui réveillent l’événement traumatisant.

Conséquence : elle s’isole progressivement et perd tout intérêt pour ses activités habituelles. « Le malade finit par rester caché chez lui, puis, par usure, la dépression s’installe. Il devient alors caractériel, sa vie est comme amputée, il ne supporte plus rien, se brouille avec ses proches », précise le docteur Carnio. Le malade peut aussi être victime de symptômes d’hyperéveil : il est constamment sur ses gardes, les nerfs à fleur de peau, ce qui se traduit par des troubles de la concentration et par une certaine fébrilité. Tous ces symptômes doivent conduire à consulter en urgence. En l’absence de traitement, le SPT peut mener à la dépression chronique et à l’alcoolisme.

Pour plus d’infos : Ecoute Défense, 08 08 800 321.