Le stress post-traumatique, qu’est-ce que c’est ?

Le stress post-traumatique, qu’est-ce que c’est ?

Le stress post-traumatique (SPT), qui concerne environ 15 % des militaires français déployés sur les théâtres d’opération, est provoqué par un événement traumatisant d’une extrême violence : « Cet événement peut être de deux ordres, précise le docteur Claude Carnio, médecin en chef du service de psychiatrie de l’hôpital d’instruction des armées Legouest (Metz). Soit la personne assiste à des massacres avec des images de cadavres en grande quantité, soit elle est elle-même soumise à un grand danger, à quelqu’un qui la menace directement et qui peut décider de son sort en quelques secondes. Dans les deux cas, la vie perd son importance, on se rend compte que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. »

Cette prise de conscience peut alors être ressentie de façon très intense et conduire à un stress dit dépassé, c’est-à-dire un état de sidération dépassant le simple stress habituel, celui qui adapte l’organisme au danger et le rend plus vigilant. Ici, la victime ne réagit plus ; elle peut aussi subir des états de paniquede confusion. Cette phase de sidération s’estompe généralement en quelques heures, puis un processus de protection s’installe. « C’est en réalité un temps de latence, qui peut durer plusieurs années, ajoute le docteur Carnio. Il n’y a plus rien d’apparent, tout semble aller bien. » Mais le mal est fait. Le traumatisme ressurgira à l’occasion d’un événement souvent anodin et se manifestera par des souvenirs envahissants particulièrement handicapants, conduisant le plus souvent à un état de fébrilité permanente et de détresse profonde.  

Pour plus d’infos : Ecoute Défense, 08 08 800 321.