Cultiver le plaisir de manger

Cultiver le plaisir de manger

La perception des saveurs et des odeurs diminue dès 50 ans. Le goût salé est le premier impacté. Ces évolutions du goût peuvent conduire à une perte de plaisir, à l’origine de la diminution de la consommation et d’une monotonie des repas chez les plus de 60 ans. Pour garder l’appétit, on peut retrouver des sensations fortes en stimulant d’autres récepteurs grâce aux épices, à l’acidité, au piment et aux bulles pétillantes 3.

Pour des idées de menus : La Fabrique à menus

Frugalité : de vrais bénéfices

S’il est un réflexe à adopter au fil de l’âge, c’est celui de remplacer la quantité par la qualité, et donc de manger moins pour vivre mieux.

« Plusieurs études l’ont prouvé : la restriction calorique allonge très significativement la vie, et retarde l’apparition de certaines maladies dégénératives », explique le docteur Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute*. Mais il ne s’agit pas de s’affamer, car frugalité ne doit pas rimer avec austérité. Sur l’île d’Okinawa (Japon), où l’on observe la plus grande longévité en bonne santé au monde (avec 61 centenaires pour 100 000 habitants, contre 22 pour 100 000 en France), l’apport calorique moyen journalier est inférieur au nôtre de seulement 300 calories : moins qu’un pain au chocolat.

Vers une alimentation adaptée au bien-vieillir

Il suffit donc de réduire légèrement ses apports, mais surtout de privilégier des aliments nourrissants et énergétiques, sains, riches en vitamines et en minéraux : un filet de poisson ou de volaille avec des légumes verts et des lentilles sera bien préférable à un plat industriel, en restant moins calorique et en donnant plus d’énergie. Pour cela, réduisez le superflu (charcuterie, sauces, gâteaux, confiseries…) et concentrez-vous sur de bons produits essentiels et de saison, accommodés simplement. Mangez lentement, tranquillement, mâchez bien et reposez votre fourchette juste avant d’être pleinement rassasié… car en vieillissant, plus encore qu’avant, il faut éviter le « gavage » et apprendre la modération.

*Le docteur Jean-Paul Curtay est co-auteur des livres Le programme de longue vie, de la science à l’alimentation (Seuil pratique, 309 pages, 17,90 euros) et Okinawa, un programme global pour mieux-vivre (Le Livre de poche, 443 pages, 6,60 euros).

Pour plus d’infos : Mangerbouger.fr, le site du Programme National Nutrition Santé (PNSS).

Sources : 
3 - Monique Ferry et al., Nutrition de la personne âgée, , Elsevier Masson, 1 janv. 2012 p48