Boulimie : comment contrôler une crise ?

Boulimie : comment contrôler une crise ?

Comme l’anorexie, la boulimie touche principalement les femmes. Une personne qui souffre de cette pathologie fait ce que l’on appelle des crises de boulimie : elle ingurgite de manière incontrôlée une quantité importante d’aliments, dont beaucoup de sodas et de sucreries, et cela en moins de deux heures, puis, pour éviter de prendre du poids, elle adopte dans la foulée un comportement compensatoire (vomissement volontaire, utilisation de laxatifs, jeûne, exercice physique excessif, etc.).

Selon le classement Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-IV), est considérée comme boulimique une personne qui a deux crises par semaine durant au moins trois mois. « Si elle en a plusieurs par jour, son cas est grave, alerte Chantal Ruault, directrice de l’Endat. Il faut l’hospitaliser. »

Pour gérer les crises, certains malades ont des astuces, comme boire plusieurs verres d’eau, ne surtout pas rester seul ou encore se changer les idées en sortant. « Quelques-unes de mes patientes appellent des amis quand elles ne se sentent pas bien, ajoute Chantal Ruault. Mais cela ne règle pas le problème s’il n’y a pas un accompagnement et une aide spécialisés. » En clair, une prise en charge pluridisciplinaire, multi-approche, est essentielle pour maîtriser cette pathologie. Pour cela, il faut cependant que la personne souffrant de boulimie prenne conscience de ses troubles, en d’autres termes qu’elle accepte le fait d’être malade. Quant à la famille, elle met souvent des mois, voire des années avant de s’en rendre compte, car l’enfant boulimique a par exemple des crises au plein cœur de la nuit ou encore lorsqu’il est seul.