Santé physique et psychique : la sexualité change de dimension

Santé physique et psychique : la sexualité change de dimension

Toutes les maladies chroniques qui apparaissent ou se renforcent avec l’âge, par exemple le diabète, l’hypertension, les problèmes coronariens ou encore la maladie de Parkinson, ont un impact sur la libido.

Il en va de même si l’on a été opéré de la prostate ou de l’utérus à cause d’un cancer, par exemple. Plus la maladie touche la zone génitale, plus elle va avoir des conséquences sur la sexualité. Le vieillissement physique, le corps qui se modifie, l’installation des rides et le surpoids sont aussi des facteurs jouant sur l’image et pouvant ébranler la confiance en soi. « La sexualité est associée presque systématiquement à la notion de jeunesse et de performance, soulignait la psychologue Marie de Hennezel lors d’une conférence donnée sur le sujet à Paris au mois de juin 2015. Nous vivons dans une société jeuniste, où l’image est tellement puissante que, si l’on n’a pas un corps jeune, beau et en pleine santé, on n’est plus concerné. On pense que ce n’est plus de notre âge. » Or, si le corps vieillit et tombe malade, « le cœur reste jeune, et il n’y a pas de limite d’âge au désir amoureux et au besoin de proximité charnelle ».

Le vécu psychologique prend donc une importance fondamentale. « Il y a un véritable travail de deuil à faire, explique le docteur Bou Jaoudé : celui de l’image que l’on avait de soi avant de tomber malade, avant la chirurgie – je pense notamment au cancer du sein chez les femmes. La sexualité change de dimension : les caresses prennent plus de place et la connexion affective devient essentielle. »