Des acides gras pour bien vieillir

Des acides gras pour bien vieillir

Pas question de se priver de graisses quand on prend de l’âge : au contraire, certaines sont franchement recommandées.

Fini de diaboliser les graisses en les déclarant coupables de surpoids et de maladies : l’Afssa* a réévalué ses recommandations nutritionnelles, pour estimer que la part des graisses dans l’alimentation doit s’élever entre 35 à 40 % des apports énergétiques totaux. Tout n’est qu’affaire d’équilibre, il faut donc diversifier ses approvisionnements en corps gras d’origine végétale et animale (huiles végétales différentes, beurre, etc.). Elle a également recommandé la consommation de certains acides gras indispensables, comme les oméga 3 que l’on retrouve notamment dans les poissons gras, certaines huiles végétales (colza, noix etc.). Ces acides gras essentiels contribuent au fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux. Ils sont impliqués dans à la diminution des triglycérides et de la pression artérielle chez les sujets hypertendus. Certains d’entre eux contribuent à la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)*

Tout n’est qu’affaire d’équilibre. Pour couvrir ses besoins, il faut donc diversifier son alimentation (espèces de poissons, graines, etc.) et ne pas hésiter à varier les plaisirs en utilisant des matières grasses d’origine végétale et animale (huiles végétales différentes, beurre, etc.).

* Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), devenue désormais Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).