La pression sociale : spécificités, conséquences et conseils

La pression sociale : spécificités, conséquences et conseils

L’adolescence est une étape majeure dans la construction de l’identité et de l’image de soi. C’est aussi le moment où votre enfant est très vulnérable à la pression sociale, particulièrement rude au collège.

Influence des marques, de la mode, de la réputation et de la popularité : votre ado accorde beaucoup d’importance à ce que ses camarades pensent de lui.

Les années collège se caractérisent également par une période d’activité et d’échanges intenses sur les réseaux sociaux.

Les rumeurs qui s’y développent et les propos tenus, parfois très violents, peuvent bouleverser les jeunes internautes. « Je conseille aux parents de faire partie du réseau de son enfant sur Facebook. C’est une façon discrète de garder un œil sur ce qu’il publie, explique Stephan Valentin. Et puis, le dialogue restant la base, le jeune a besoin de savoir que ses parents seront toujours là pour lui s’il a un problème ou des questions. Il ne faut pas hésiter à le lui répéter. Les parents doivent aussi être très attentifs aux changements de comportement. »

Un sommeil perturbé, une perte d’appétit ou encore un refus catégorique de se rendre au collège sont des alertes sérieuses.

Selon le ministère de l’Education nationale, le harcèlement scolaire concerne 10 % des collégiens. Parlez-en avec votre enfant et n’hésitez pas à contacter la direction de l’établissement. L’école a aussi pour mission de protéger les élèves en apportant des réponses à ce type de situation (rencontre avec les collégiens concernés, leurs parents, sanctions des élèves auteurs, signalement auprès des référents académiques chargés du harcèlement).