Le sport est-il déconseillé aux allergiques ?

Le sport est-il déconseillé aux allergiques ?

Contrairement aux idées reçues, une personne souffrant d’allergie respiratoire peut faire du sport, et c’est même recommandé. « Cela permet de développer les capacités physiques et psychologiques », explique le professeur Gisèle Kanny. En pratiquant une activité sportive, les enfants apprennent à mieux contrôler leur respiration et à avoir plus confiance en eux. Les sports conseillés ? La natation, les arts martiaux (tai-chi) ou le vélo. Un sport est en revanche contre-indiqué pour les asthmatiques : la plongée sous-marine avec bouteilles, car, s’ils ont une crise sous l’eau, il leur est impossible de prendre le traitement.

Quelle que soit la discipline choisie, il faut avertir le professeur et suivre quelques recommandations : ne pas faire cette activité à l’extérieur lors d’un pic de pollution ou durant la période des pollens si l’on y est allergique ; toujours disposer d’un traitement à proximité ; s’échauffer progressivement quelques minutes avant la séance et adapter l’intensité de ses efforts à sa forme du jour (fatigue, rhume, etc.). « Je fais souvent du vélo avec ma fille Justine, raconte Daniel B. On roule la plupart du temps sur du plat. Mais un jour, on a fait une montée, et là, très vite, elle ne s’est pas sentie bien, cela a déclenché un début de crise d’asthme. » Selon le professeur Kanny, « il faut bien avoir en tête que plus un enfant s’entraînera régulièrement à une activité physique, mieux il arrivera à gérer son effort ». Certains asthmatiques ont même réussi à percer dans le sport et sont devenus des champions, comme Franck Esposito, détenteur du record du monde au 200 m papillon en 2002, ou encore le cycliste Miguel Indurain, qui a remporté cinq fois le Tour de France entre 1991 et 1995.