Comment parler des allergies respiratoires à son enfant

Comment parler des allergies respiratoires à son enfant

Lors d’une réaction allergique, votre enfant va voir son corps réagir : il éternuera de nombreuses fois, par exemple, ou aura du mal à respirer. Il comprendra alors très vite que quelque chose n’est pas « normal ». Il faut donc le lui expliquer. « La peur naît de l’inconnu, souligne le professeur Gisèle Kanny. Il est important de verbaliser les risques, mais de ne pas employer un vocabulaire anxiogène. » En d’autres termes, pas question de lui parler des conséquences de l’allergie ni de lui dire qu’il peut mourir d’une crise d’asthme si elle n’est pas traitée ! L’angoisse aggrave les symptômes, et la prise en charge précoce de l’allergie respiratoire, elle, protège l’enfant des réactions graves.

La solution ? L’éducation thérapeutique, qui consiste à aider l’enfant à mieux vivre avec la maladie tout en le responsabilisant. « Justine a toujours été impliquée dans ses soins », se souvient son père, Daniel B. La fillette était asthmatique allergique. « Elle savait qu’il y avait sa Ventoline toujours à proximité, au cas où, et à quel moment elle devait la prendre, raconte-t-il. C’est une jeune fille très émotive et, à l’époque, quand elle faisait une crise, je l’isolais très vite de son environnement pour la calmer». Si, lors d’une réaction allergique sévère, les personnes alentour paniquent, l’enfant fera de même. L’attitude des proches est donc très importante. Autre conseil : ne pas surprotéger l’enfant, car tôt ou tard il se trouvera seul face à une crise ou à une réaction allergique et il devra réagir efficacement.