Stressé, anxieux ? Une pause s’impose

Voici des exercices pour faire face et développer votre capacité d'adaptation à la situation actuelle sur le long terme.

Le stress est une réponse physiologique normale à une situation anormale et il s'invite davantage en ces temps d’incertitude. L'anxiété ou la dépression peuvent également se manifester de manière plus importante dans ce contexte de pandémie. Il faut pourtant bien tenir et aller chercher dans ses ressources qui sont mises à rudes épreuves.

Outre l’inquiétude et l'insécurité, en lien avec le virus proprement dit, vient s'ajouter une charge émotionnelle largement nourrie par les médias : celle du déconfinement. Effectivement, cette sortie du tunnel s'avère en réalité plutôt anxiogène, car elle reste emplie d'incertitudes et d'interrogations : quels risques ? Le retard à rattraper dans un contexte de récession ?

Avec le sentiment d'impuissance qui domine tous ces discours intérieurs, doute et découragement risquent de ressurgir avec force : il faut absolument agir et ne pas se laisser déborder. D'autant que le quotidien, lui, ne cède en rien et la charge mentale est particulièrement prégnante ces temps-ci.

Un léger sentiment d'être dépassé par les événements ? Vous êtes plus irritable que d’habitude ? Alors, c'est le moment de VOTRE pause !

Deux exercices pour vous aider à tenir :

1) Une respiration pour faire descendre le stress ou le curseur de l'anxiété

Agréablement installé dans un fauteuil, fermez les yeux et prenez le temps de votre présence, des sensations d'un corps qui se pose, se laisse aller un peu plus. Reprenez contact avec votre respiration et rassemblez mentalement tout ce qui vous gêne, dérange, irrite, éveille peur et colère. Faites un tout que vous pouvez même imaginer sous forme d'un nuage de plus en plus noir. Puis, soufflez fort par la bouche, inspirez par le nez et bloquez votre respiration tout en saisissant des deux mains l'accoudoir du fauteuil ou tout autre objet que vous pouvez empoigner. Tenez un moment sans trop forcer et en expirant, relâchez tout. Répétez l'exercice au moins trois fois de suite, jusqu'à ce que votre petit nuage devienne blanc, d'un blanc laiteux, car déchargé des tensions négatives.

2) Une visualisation pour s'isoler et se ressourcer

Toujours agréablement installé dans mon fauteuil, plus serein après l'évacuation des tensions de l'exercice précédent, reprenez contact avec une respiration tranquille, calme, plus présente. Prenez conscience des mouvements du corps, un corps qui se laisse aller davantage, un corps un peu plus lourd. Inspirez, expirez et laissez-vous aller comme emporté par cette respiration de plus en plus ample.
Laissez votre mental glisser vers des images, celles qui s'invitent, sans chercher, sans retenir ce qui se présente. Laissez les couleurs, les formes, les sons peut-être, vous immerger mentalement dans un univers qui se crée spontanément. Un lieu calme et isolé ou bien animé et festif, une ambiance apaisante ou bien une folle explosion de joie, une posture sage et habituelle ou bien des envolées d'actions libérées.

Après quelques instants, quand vous vous sentez apaisé, toujours les yeux fermés, reprenez quelques grandes inspirations, bougez, étirez-vous et tranquillement ouvrez les yeux et reprenez le cours de votre journée.

À faire et à refaire, sans oublier de vous poser et d'accepter vos propres limites !

 

Article rédigé par Christine Ramonnet, sophrologue

Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF)

VOTRE MUTUELLE

Mardi 15 septembre 2020