Sophro en famille : et si vous faisiez un jeu ?

Profitez de cette période pour revenir à l'essentiel et vous recentrer sur vous-même. 3 exercices à réaliser seul ou en famille.

Avec la sophrologie, on se recentre sur soi. Cela permet de consacrer un temps pour prendre conscience de ses sensations, aller à la rencontre de ses émotions et, éventuellement, parvenir à mieux réguler son humeur.
En cette reprise progressive de la vie sociale, pourquoi ne pas découvrir en famille cette pratique qui offre une coupure dans la journée et aide à aller chercher ses ressources positives pour mieux équilibrer son corps et son mental.
Nous vous préconisons des séances récréatives. Le but : évacuer les tensions visibles ou enfouies, les frustrations, les angoisses et le stress bien présent au regard de la situation. Cette pause sophro ludique permet aussi d'échapper quelques instants à l’anxiété que provoque la crise sanitaire et d'éloigner également l'inquiétude croissante des lendemains.

Nous vous proposons trois exercices de sophrologie à pratiquer quand l'énergie des enfants déborde vraiment ou en fin de journée pour rythmer le début de soirée. A vous de choisir le moment le plus opportun !

 

Exercice 1 : évacuer, extérioriser, décharger.

Il ne suffit pas de décider de retrouver son calme pour que cela fonctionne. Il est donc utile d'agir pour évacuer l'ensemble des tensions physiques et mentales. Les circonstances actuelles incitent à vivre davantage en famille. Nous vous proposons donc un exercice, rapide et ludique, qui fonctionne très bien chez les plus jeunes mais aussi pour les plus grands : le coussin de la colère.

  1. Choisissez un coussin par personne.
  2. Organisez si possible un peu d'espace autour de vous, en prenant soin de le sécuriser (rangez le vase qui risque de tomber, par exemple).
  3. En ligne ou en cercle, chacun malaxe ou tape sur son coussin comme pour y décharger le trop plein de tension, fatigue, soucis, contrariétés, colère peut-être, un tout qu'il est bon de faire sortir,
  4. Inspirez par le nez et en soufflant fort par la bouche, jetez votre coussin par terre, avec force et détermination.
  5. Fermez les yeux et respectez un petit temps d'observation de vos sensations.
  6. Reproduire l'exercice une seconde, puis une troisième fois. Il est souvent difficile pour de jeunes enfants de maintenir les yeux fermés. Laissez faire, chacun prend ce qui lui appartient et à sa manière. De même, si des rires ou un peu d'agitation interviennent au début, gardez bien à l'esprit qu'il s'agit d'extérioriser un trop plein et que chacun doit vivre ce moment en toute liberté mais bien sûr dans le respect de l'ensemble des participants.

Une variante, si les coussins ont trop souffert : prendre une feuille de papier, d'un journal ou autre. Faire une boule dans laquelle on enferme les tensions à évacuer en froissant bien ladite feuille, et de la même manière, jeter la boule de papier à l'expiration, toujours en évitant les vases !

 

Exercice 2 : sentir, ressentir pour mieux revenir à soi.

Cette fois, toute la famille va s'installer allongée sur le dos, par terre de préférence, mais le canapé fera très bien l'affaire. Si possible les yeux fermés, prendre le temps de laisser chaque partie du corps bien se poser, jambes allongées, mains vers le plafond. Il peut être bienvenu d'écouter une musique douce quelques instants...

  1. Inspirez par le nez, puis fermez le poing droit. À l'expiration par la bouche entrouverte, relâchez.
  2. Répétez tranquillement trois fois de suite et faire de même avec la main gauche.
  3. A l'écoute de vos sensations, poursuivez avec la contraction du fessier droit à l'inspiration et relâche à l'expiration, trois fois de suite. Puis, faire de même avec le fessier gauche, trois fois. Il est un peu difficile parfois pour les jeunes enfants de différencier le fessier droit du gauche. Cela pourra provoquer des rires, toujours salutaires pour amener la détente.
  4. Enfin, de la même manière, réalisez trois fois de suite une contraction des deux fessiers sans trop forcer. Ensuite, à l'inspiration, amenez les deux pieds en flexion dorsale, c'est à dire les orteils vers soi, et à l'expiration les pieds retrouvent leur position naturelle et relâchée (en ouverture) vers le sol.
  5. Pour terminer, contractez tout le corps à l'inspiration, sans forcer, et tout relâcher d'un coup en soufflant fort, toujours trois fois. Accordez à votre corps quelques instants pour sentir, ressentir l'ensemble des sensations à l'issue de cet exercice. Chacun à son rythme.

Exercice 3 : détente et prise de conscience.

Tous les membres de la famille prennent le temps de choisir leur place dans l'espace où vous vous trouvez.
Ensuite, accroupis ou assis, vous vous ramassez sur vous-mêmes un peu en boule et vous vous imaginez être une graine qui se concentre pour activer toutes ses réserves d'énergie. Puis, tranquillement, chacun à son rythme, vous sentez que vous grandissez comme une tige naissante qui sort de la terre.
Vous vous mettez progressivement en posture debout, en vous déployant jusqu'à devenir une fleur qui s'épanouit. Vous pouvez même étendre les bras et les mains vers le ciel comme pour mieux capter les rayons d'un soleil bienfaisant de ce début de printemps. Imaginez et vivez !
Terminez par un long étirement, chacun à sa manière.

Ici, il est nécessaire d'expliquer l'exercice avant de l'effectuer et de trouver les mots pour accompagner les enfants. Là encore, c'est à chacun de se mouvoir en fonction de ce que réclame le corps, sans a priori et sans jugement, en cherchant la liberté du mouvement et de son imagination.

Bonne séance à vous tous !

 

Source : Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF).