image description
Forces armées

Témoignage : l’armée, acteur de la cohésion nationale

Barbara Jankowski est sociologue à l’IRSEM1. Depuis plus de 20 ans, elle est spécialisée dans l’étude de la communauté défense et des institutions militaires. Elle a notamment réalisé une enquête sur le rôle de l’armée dans la fonction d’intégration de l’État. Un rôle qui repose, selon elle, sur un socle de valeurs plaçant le collectif au-dessus de l’individu.

Vous menez des recherches sur l’armée depuis 1995. Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

« Ce qui m’intéresse, c’est de contribuer à la connaissance de l’institution militaire. La thématique de cette étude, qui questionne le rôle des armées en matière d’intégration, est ambitieuse, passionnante et délicate. On touche à des sujets très médiatisés et le rôle du sociologue est de bien définir les notions en jeu afin d’y voir plus clair. »

Comment définissez-vous le rôle intégrateur de l’État ? « En France, l’État met en place et régule un grand nombre d’instruments d’intégration sociale. Il déploie des politiques publiques censées permettre d’intégrer tous les citoyens, quelles que soient leurs origines et leurs caractéristiques, par l’éducation, la participation à l’activité économique et la protection de l’État providence. »

Vous dites que l’intégration fait partie des missions de l’armée. Pourquoi ?

« C’est d’abord au titre des valeurs qu’elle incarne et met en œuvre en son sein. Car ces valeurs – l’engagement, le désintéressement, le dévouement, l’équité, le vivre-ensemble et le courage – rencontrent les attentes de jeunes en quête de sens, de repères et de reconnaissance, notamment dans les milieux populaires et ceux issus de l’immigration. C’est aussi la confiance qu’inspire l’armée aux Français qui assied sa légitimité et sa fonction intégratrice. Enfin, l’armée est sollicitée depuis longtemps pour sa capacité à insérer des jeunes en difficulté. »

« Les valeurs de l’armée rencontrent les attentes de jeunes en quête de sens,
de repères et de reconnaissance. »

Barbara Jankowski,
sociologue à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire
(IRSEM).

Comment l’armée contribue-t-elle à cette cohésion sociale ?

« L’armée demeure l’un des rares employeurs à proposer une possibilité d’insertion aux jeunes sans qualification, qu’elle recrute chaque année par milliers. Elle leur transmet ses valeurs et les aide à s’insérer socialement et professionnellement. Tout comme elle le fait vis-à-vis des jeunes qu’elle encadre via divers dispositifs dont elle a la charge. »

« L’armée demeure l’un des rares employeurs à proposer une possibilité d’insertion aux jeunes sans qualification. »

Barbara Jankowski, sociologue à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM).

Pouvez-vous nous citer des exemples de dispositifs d’insertion ?

« Ils mériteraient d’être mieux connus. Je citerais, par exemple, le service militaire adapté (SMA) qui apporte une formation professionnelle et resocialise des jeunes éloignés de l’emploi outre-mer. Ou les centres de l’ÉPIDE2, encadrés par d’anciens militaires, qui conjuguent parcours d’insertion professionnelle, apprentissage des règles de vie et remise à niveau scolaire. Et le tout récent service militaire volontaire (SMV), destiné aux jeunes en décrochage scolaire, qui a été pérennisé par la loi de programmation militaire de 2019-2025. »

Infographie sur les données clés des jeunes dans l'armée
Notes
(1) – Institut de recherche stratégique de l’École militaire
(2) – Établissement Pour l’Insertion Dans l’Emploi

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi