image description
Situation de vie

Témoignage : le jour où mon mari a été blessé en opération

En septembre 2011, Franck, major de gendarmerie, est grièvement blessé par balle en Guyane pendant une mission anti-orpailleurs. Son épouse, Gaëlle, raconte comment la famille a surmonté cette épreuve et la nouvelle vie qu’ils se sont construite.

Comment avez-vous appris ce qui s’était passé ?

« Nous vivions depuis 3 ans en Guyane. Franck était parti en mission le matin. Je rentrais de l’école avec les enfants et j’ai aperçu de nombreux gendarmes en uniforme sur ma terrasse, dont le binôme de mon mari. J’ai compris que quelque chose de grave s’était passé. On m’a juste indiqué qu’il avait une plaie à l’abdomen, personne n’en savait beaucoup plus. »

Quelle a été votre réaction ?

« J’ai préservé mes enfants en parlant à l’aîné d’un simple accident de quad… et je suis partie pour l’hôpital de Cayenne où Franck venait d’être emmené. Il m’a simplement dit : « Je ne sens plus mes jambes ». Le médecin militaire a organisé son évacuation sur Paris qui n’a eu lieu que le surlendemain. La Guyane n’étant pas considérée comme un terrain d’Opex, nous devions attendre de lui trouver une place sur un vol. J’ai confié mes enfants à des amis gendarmes et je suis partie avec lui. Au départ, toute l’unité de Franck était au garde-à-vous sur le tarmac, ce fut un grand moment d’émotion. À Paris, Franck a été pris en charge et opéré au Val-de-Grâce. Son cas était désespéré. »

Avez-vous été soutenue ?

« Oui, énormément, surtout par la famille de la gendarmerie qui a fait preuve d’une humanité exceptionnelle, y compris au plus haut niveau, par les généraux Jean-Régis et Joël, qui ont été de véritables papas pour moi. Ils m’ont notamment trouvé des hébergements successifs à l’hôtel, puis en caserne de gendarmerie où un appartement a été mis à notre disposition, ce qui m’a permis de faire venir mes enfants après 51 jours de séparation ! La Fondation Maison de la Gendarmerie m’a également épaulée en envoyant, par exemple, du personnel chercher les membres de ma famille dans les gares ou les aéroports. Tout ceci m’a aidée à traverser les 12 jours pendant lesquels le pronostic vital de mon mari était engagé, puis la période d’hospitalisation à Percy. »

Comment avez-vous fait face ?

« Dans un cas comme ça, on a des ailes qui nous poussent dans le dos. L’essentiel était que mes trois garçons avaient encore leur père et moi mon mari. J’allais le voir tous les jours à Percy pour constater ses progrès. Unéo a mis une aide familiale à ma disposition qui s’est révélée fantastique, elle est devenue une véritable nourrice pour mon plus jeune fils ! »

« J’ai été énormément soutenue, en particulier par la famille de la gendarmerie qui a fait preuve d’une humanité exceptionnelle. »

Gaëlle, épouse de Franck, major de gendarmerie.

Comment pourrait-on améliorer l’accompagnement des familles ?

« Je pense que l’on pourrait faire beaucoup plus pour accompagner les épouses et compagnes des militaires blessés. Notamment sur le plan psychologique, car elles doivent supporter une terrible charge mentale face à leur conjoint, qui se sent diminué, voire inutile, et à leurs enfants pour reconstruire une vie de famille. Elles estiment souvent ne pas avoir le droit de se plaindre et souffrent en silence. Beaucoup tombent dans la dépression ou dans l’addiction, on n’en parle pas… »

Comment avez-vous repris le cours de votre vie ?

« Devenu paraplégique, mon mari s’est reconstruit grâce au sport, participant entre autres aux Invictus Games. Il a repris le travail au bout de 9 mois à la Direction générale de la Gendarmerie nationale. Nous avons ensuite déménagé à Clermont-Ferrand où il est devenu instructeur de tir. Depuis deux ans, il a pris sa retraite de la gendarmerie et nous avons ouvert ensemble une salle de sport. Aujourd’hui, la vie est différente… mais pas moins belle. »

Unéo SOUTIENT NOS BLESSÉS DE LA DÉFENSE

À travers ses actions et ses partenariats, Unéo apporte un soutien actif aux militaires blessés et à leur famille. Parce que la solidarité envers les plus fragiles est une de ses valeurs fondamentales, votre Mutuelle mène dans la durée une politique de partenariats avec des associations d’entraide et de solidarité. L’objectif est de développer et soutenir les échanges et les projets autour de l’accompagnement des conjoints des blessés militaires.

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi