image description
Santé & Prévoyance

Pourquoi les réservistes ont-ils besoin de protection ?

Le général de division Olivier Kim, commandant des réserves et secrétaire général de la Réserve citoyenne, réaffirme le devoir qu’a l’institution de protéger les réservistes et de les inciter à se protéger.

Le général Christian Rodriguez, directeur général de la Gendarmerie nationale, intègre pleinement les réservistes aux effectifs de l’institution. Pourquoi ? GDI Olivier Kim : Nos 30 000 réservistes constituent un apport indispensable à notre bon fonctionnement : sécurité publique générale, renseignement, contact, police judiciaire, etc. Ils sont la concrétisation de ce que l’on appelle le lien armée-nation : à la fois civils et militaires, ils œuvrent pour leur patrie dans ces deux facettes.
Pourquoi les réservistes ont-ils besoin d’une protection sociale particulière ? GDI O.K. : Les réservistes de la Gendarmerie sont une ressource et une richesse humaines que nous devons protéger. Leur exposition au risque est identique à celle des militaires d’active. Si l’État répare intégralement le préjudice subi par le réserviste en service, les délais peuvent parfois être longs. Or, un accident peut entraîner une perte de revenus immédiate pour un civil.
CHIFFRE CLÉ
Avec 30 000 personnes, la réserve de la Gendarmerie nationale représente le plus grand corps de réserve des forces armées.

Sur quels points cette protection doit-elle porter ?

GDI O.K. : Elle devrait reposer sur un principe forfaitaire (indemnité journalière, par exemple) et se superposer à la réparation de l’État. Cela permettrait de continuer à vivre normalement en attendant l’indemnisation due par l’État au titre de la réparation

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi