image description
Situation de vie

Travailler au ministère des Armées, une opportunité pour les personnes en situation de handicap

Le ministère des Armées réserve depuis plusieurs années une place de choix aux personnes en situation de handicap, qu’elles soient issues des forces armées ou de la vie civile. Une politique de recrutement ambitieuse renforcée par le plan handicap et inclusion 2019-2021, lancé le 1er octobre dernier. Zoom sur les perspectives d’emploi et les innovations de ce nouveau plan avec Martine Ricard, déléguée nationale Handicap au ministère des Armées.

Qui peut candidater au ministère des Armées ?

« Toute personne en situation de handicap a la possibilité de candidater, à la seule condition que ses compétences correspondent aux missions et que le poste puisse être adapté à son handicap », déclare Martine Ricard, déléguée nationale Handicap au ministère des Armées. Avec un taux dépassant l’obligation légale des 6 % de personnes bénéficiaires de l’obligation d’emploi (BOE) parmi ses agents, le ministère se place en employeur de choix pour ceux en situation de handicap.

Infrastructure, informatique, cyber défense, renseignement…Chaque année, près de 4 000 postes sont ainsi à pourvoir au sein du ministère des Armées. Le plus souvent au sein des civils de la Défense, qui constituent un appui opérationnel essentiel aux forces armées. Des offres d’emploi ouvertes à tous, y compris aux personnes en situation de handicap.

Dans la plupart des cas, le poste peut être compatible ou adapté. « Nous sommes très attentifs à cette adéquation entre la personne et le poste proposé, par respect pour sa santé mais aussi pour maintenir une qualité de vie optimale pour les équipes au travail. », souligne Madame Ricard.

Des moyens matériels et humains

Les dispositifs matériels et humains mis en place incluent à la fois des adaptations de postes et des aides techniques proposées aux personnes en situation de handicap. Chaque année, une part importante du budget prévu dans le plan handicap et inclusion (premier plan en 2009) est allouée à ces moyens.

Ces aides comprennent, par exemple, la mise à disposition de prothèses auditives ou d’un système de transcription téléphonique pour les personnes malentendantes. Le matériel de bureau peut également être adapté en fonction des besoins : pour un agent atteint de douleurs chroniques au dos, un bureau à hauteur variable ainsi qu’un siège ergonomique peuvent ainsi être proposés.

Le temps de travail peut également être aménagé afin de limiter le surcroît de fatigue.

Quelle place pour les militaires blessés ?

S’ils le souhaitent, les militaires blessés ayant atteint la limite de leur droit à congé maladie ont la possibilité de servir la France autrement, en postulant aux offres d’emploi disponibles au sein du ministère des Armées. Ils peuvent faire appel à deux entités complémentaires :
  • L’agence de reconversion de la Défense (ARD) également appelée Défense Mobilité, organise chaque année le retour à la vie civile de plus de 12 000 militaires et accompagne les militaires blessés.
  • Les cellules d’aide aux blessés du ministère des Armées ont aussi pour mission de soutenir tout militaire blessé, de son hospitalisation à sa réinsertion professionnelle. À la demande de la personne concernée, la cellule peut engager le dialogue avec un référent handicap du ministère. La recherche d’un poste adapté pourra ainsi être lancée en fonction des compétences, des affinités et du handicap de la personne en recherche d’emploi.
Tous les postes sont ouverts à candidature. Une seule condition : le postulant doit avoir été déclaré apte à travailler par un médecin.  Le nouveau plan handicap et inclusion 2019-2021 entend renforcer l’accessibilité des militaires blessés aux emplois proposés au sein du ministère.
COMMENT POSTULER LORSQU’ON EST EN SITUATION DE HANDICAP ?

Comme dans tous les ministères, l’accès aux postes se fait soit par concours, soit par la voie contractuelle. Consultez ici les différentes modalités de recrutement.

Si vous souhaitez faire état de votre handicap au moment de candidater, il vous suffit pour cela de fournir un document attestant de votre éligibilité au statut de travailleur handicapé.

Je candidate en externe

Pour connaître les offres d’emploi disponibles au sein du ministère des Armées, rendez-vous sur le site dédié à l’emploi dans la fonction publique. Au moment de candidater, signalez votre handicap en joignant tout document attestant de votre situation.

Je candidate en interne

Il existe un réseau de référents handicap dans toutes les grandes villes de France. Consultez la liste des délégués handicap pour prendre contact avec le référent handicap régional, connaître les postes à pourvoir et la procédure de recrutement au sein du ministère des Armées.

Plan handicap et inclusion 2019-2021 :
quelles sont les nouveautés ?

Le handicap fait l’objet d’une politique de premier ordre au sein du ministère des Armées, qui établit un plan dont l’objectif est la définition d’axes d’amélioration et la réalisation de projets innovants. Depuis 2009, les plans successifs ont permis de réaffirmer une politique de recrutement et de maintien dans l’emploi qui prend en compte le handicap dans la vie professionnelle.

Alors que « le plan précédent se focalisait sur trois domaines : le rôle des managers, le handicap psychique et la qualité de vie au travail, le nouveau plan handicap et inclusion 2019-2021 comprend quant à lui 6 axes déclinés en 35 mesures qui détaillent la prise en compte des handicaps en termes de calendrier et de responsabilités », explique Martine Ricard.

Actuellement, le ministère des Armées compte 7,13 % de personnes bénéficiaires de l’obligation d’emploi (BOE). Un chiffre qui inclut les personnes en situation de handicap, mais aussi d’autres postes tels que les emplois réservés tenus par des militaires. L’objectif phare de ce nouveau plan : le recrutement de 6 % de personnes spécifiquement en situation de handicap.

Des mesures particulières ont également été prises pour le maintien en emploi : elles incluent une meilleure prise en compte de la situation spécifique de l’agent, mais aussi une attention toute particulière portée aux managers encadrants. Martine Ricard précise en ce sens qu’« avec cet accompagnement, l’objectif est d’éviter que le manager se retrouve démuni face à la gestion d’un agent en situation de handicap. »

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi