image description
Situation de vie

Don d’organes et directives anticipées : pourquoi faut-il dire son choix ?

Réfléchir à notre fin de vie n’est jamais une perspective facile. Cette démarche vous permet pourtant de faire respecter vos volontés et d’épargner à vos proches des décisions difficiles. Voici quelques conseils pour y voir plus clair sur ce sujet délicat.

Don d’organes

Pour le prélèvement d’organes et de tissus, tout individu qui décède est présumé donneur, sauf si le refus a été exprimé de votre vivant. Pour le vérifier, l’équipe médicale consulte le registre national des refus et interroge la famille. Si votre refus a été exprimé oralement, vos proches devront en décrire les circonstances et celles-ci seront consignées par écrit.

CHIFFRES CLÉS
1 743 donneurs d’organes post-mortem ont permis, sur l’année 2018, de réaliser 5 805 greffes.
Jeune ou âgé, malade ou en bonne santé, tout le monde peut donner, tant que l’organe est viable. Les greffes d’organe permettent, chaque année, à des milliers de malades de survivre à leur pathologie ou d’en guérir. Pour les membres de la communauté défense, sensibles à la notion de don de soi, faire part de son choix en la matière est d’autant plus important.

Quels sont les organes concernés par le prélèvement ?

En 2018, sans compter les tissus (os, artères, veines, etc.) :

  • 61,44 % des greffes concernaient un rein
  • 22,82 % le foie
  • 7,75 % le cœur
  • 6,42 % les poumons
  • 1,54 % le pancréas et des parties de l’intestin

Comment exprimer ma décision sur le don d’organes ?

  • Il n’existe pas de registre du oui, car chacun est présumé donneur d’organes.
  • Vous pouvez exprimer votre refus en vous inscrivant sur le registre national des refus.
CHIFFRES CLÉS
24 791 patients restaient en attente d’un don en 2018, malgré une hausse des greffes de 23 % en 8 ans.
VRAI OU FAUX ?
L’accord de ma famille est obligatoire
  • Faux : votre famille ne peut s’opposer au prélèvement que si vous avez exprimé ce même refus de votre vivant.
Les armées jouent un rôle dans le transport d’organes
  • Vrai : les terrains militaires servent régulièrement à l’atterrissage d’appareils transportant des greffons.
Ma carte de donneur suffit pour autoriser le don
  • Faux : elle n’a pas de valeur légale et n’est d’ailleurs plus diffusée. L’équipe médicale vérifie systématiquement l’absence de refus, même si vous détenez une carte de donneur.

Les directives anticipées

C’est un document écrit qui aide notamment l’équipe médicale à décider des soins, traitements et protocoles à appliquer en cas de maladie grave ou d’accident, lorsque le patient ne peut plus s’exprimer sur sa fin de vie. Médecins et familles ont l’obligation de les respecter. En l’absence de directives écrites, ce sont les témoignages de vos proches qui orienteront les décisions médicales.

Comment rédiger des directives anticipées ?

Unéo soutient deux journées de sensibilisation au don d’organes et de tissus

La première journée d’information à destination du grand public s’est tenue le 21 juin dernier à l’hôpital d’instruction des armées (HIA) de Bégin (Saint-Mandé – 94). Le deuxième événement s’est déroulé le 5 novembre 2019 au HIA de Percy (Clamart-92), avec comme objectif de mieux faire connaître le don d’organes auprès d’un public de professionnels de santé. Une journée qui a permis de dresser un état des lieux des prélèvements et greffes en France en présence de professionnels et de revenir sur la prise en charge des patients.

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi