image description
Coups durs

Perte d’autonomie : les aides dédiées pour vous et vos proches

Lorsqu’un parent se trouve en situation de perte d’autonomie, un soutien est parfois le bienvenu pour assurer son bien-être et celui de ses proches. Unéo vous propose ici un panorama des aides et organismes auxquels vous pouvez faire appel.

De plus en plus de personnes âgées dépendantes

En France, 1,3 million de personnes sont considérées comme dépendantes¹. Un chiffre susceptible de passer à 2,2 millions en 20501. Une personne est dite « dépendante » lorsqu’elle est dans l’incapacité, sans aide extérieure, de réaliser les actions de la vie courante comme sortir, faire ses courses, se laver, s’habiller ou préparer ses repas.

CHIFFRES CLÉS
1,3 million de personnes sont en situation de perte d’autonomie en France¹.

En France, la perte d’autonomie physique et/ou psychique est principalement causée par l’âge ou la maladie. Elle est évaluée médicalement en suivant la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso Ressources) selon 17 critères choisis par des médecins de la Sécurité sociale, des gérontologues et des informaticiens.

Cette grille permet de déterminer le besoin d’accompagnement du patient dans sa vie de tous les jours, mais également d’évaluer les aides sociales auxquelles il a droit. La prise en charge dépend de la gravité de l’état de santé de la personne concernée et du nombre de tâches quotidienne qu’elle ne peut exécuter seule.

L’assistance sociale à vos côtés pour vous orienter

Les formes de soutien dont vous pouvez bénéficier sont nombreuses et adaptées à chaque situation : aides techniques ou financières, aides à domicile ou à la mobilité, etc.

  • Si vous êtes salarié, vous pouvez demander à votre employeur un congé de proche aidant, terme désignant le congé de solidarité familiale. Non-rémunéré, il peut être d’une durée de trois mois renouvelables jusqu’à un an. Il permet de venir en aide à un membre de sa famille (parent, enfant, frère, sœur, etc.) dépendant ou en fin de vie.
  • Si votre parent est dans une situation de handicap physique, vous avez également la possibilité de demander des aides publiques spécifiques et ciblées correspondant au mieux à vos besoins, comme une aide à domicile ou à la mobilité, par exemple.

Dans tous les cas, afin de vous renseigner sur ces aides, n’hésitez pas à contacter l’assistance sociale ou l’hôpital du lieu de résidence de votre parent. Ils vous orienteront vers les services compétents pour vous aider à y voir plus clair. Afin de bénéficier de ces aides, les démarches administratives devront ensuite être effectuée auprès de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, la Caisse de retraite de votre parent et la mairie du lieu de sa résidence.

CHIFFRES CLÉS
78,7% des Français estiment que le maintien à domicile est une solution, mais sont peu informés sur les coûts liés à la perte d’autonomie2.

Des aides à la mobilité pour vous éviter d’être immobilisé​

Votre parent peut également bénéficier d’une carte d’invalidité ou de priorité. Ce qui donne droit à des aides à la mobilité comme le remboursement d’un déambulateur, d’un tricycle électrique, d’un disque de transfert ou encore d’un chien d’assistance, attribué spontanément aux personnes malvoyantes.

Unéo et les mutuelles d’accompagnement social favorisent le maintien à domicile

Dans les cas de perte d’autonomie d’un parent dépendant, des aides adaptées au plus près de vos besoins peuvent être proposées. Sur un plan pratique, les mutuelles militaires d’accompagnement social (CNG, MNM, MAA) et Unéo favorisent le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie. Grâce à ces aides à domicile, votre parent peut être assisté pour les repas, les soins, la toilette ou encore le ménage. Des aménagements à son domicile peuvent aussi être effectués, comme l’installation d’une planche de bain ou d’une rampe d’escalier. 

Notes
(1) – Comité consultatif national d’éthique, atelier de la concertation (DREES)
(2) – Baromètre Autonomie OCIRP 2019.

Donnez-nous votre avis

Vous aimerez aussi